LE FANTÔME DE l'OPÉRA

CINÉ-CONCERT

L'univers du Fantôme de l’Opéra, film américain réalisé par Rupert Julian en 1925, avec des images très typique du cinéma des années 20 aux États-Unis est propice à un accompagnement musical riche et varié. La musique y est omniprésente avec ce fantôme musicien, séducteur, et le décor grandiose de l’Opéra Garnier. Tiré du roman éponyme de Gaston Leroux dont l’inspiration lui vint après avoir contemplé l’opéra Faust de Gounod, l’adaptation cinématographique de Rupert Julian est la seconde, la première ayant été réalisée en 1916 part Ernst Matray.

La partition musicale ne propose une illustration précise et permanente. L'objet musical suggère une caractéristique essentielle à un moment donné du film avec une pré-dominance mystérieuse ou quasi-mystique : de la balade romantique dans les sublimes décors des soubassements de l’opéra aux récitals joués pour sa dulcinée à l’orgue, le Fantôme se transforme tout au long de la narration du statut de victime à celui d’oppresseur au destin funèbre.

Il y a plusieurs citations musicales, mais jamais textuelles, citations exigées par l'image : L'air des Bijoux (même harmonisation, mélodie remaniée), Le Roi de Thulé (même mélodie, autre harmonisation) de l'Opéra Faust de Gounod et pour l'orgue seul : Cantabile de César Franck.

Partitions : Étienne Meyer
Musiciens : étudiants de l'ESM
Chanteurs : élèves de la Maîtrise de Dijon et étudiants de la classe de chant de l'ESM